MAPUCHE, gens de la terre, est l’auto-désignation des populations indiennes du Sud du Chili. Les Mapuche constituent l’un des groupes amérindiens les plus importants vivant aujourd’hui en Amérique latine avec plus d’un million de personnes au Chili. Le terme " Mapuche ", gens de la Terre, désigne différents groupes originaires du Sud du Chili, et d’Argentine. Tous parlent la même langue " le mapudungun ", mais il subsiste des variantes culturelles que l’on observe dans leur aspect politique, religieux, économique et social... (le tout étant bien évidement très lié). Chaque groupe culturel influence et couvre une aire régionale, leurs modes de vie étant étroitement liés à l’écologie locale, cela explique les différences entre chaques groupes :

Les Picunche (" gens du Nord " en est la traduction) qui se trouvaient entre le fleuve Choapa et l’Itata, furent conquis d’abord par les Incas qui passèrent ensuite le relais aux Espagnols. Ces derniers perpétuèrent leur entreprise de soumission culturelle, passant par le métissage. Ainsi les paysans métisses virent leur nombre grossir dans la région d’origine des Picunche, souvent ils servaient de main d’oeuvre aux grandes haciendas qui se constituaient alors. Finalement au XIXème siècle, le groupe Picunche semblait complètement assimilé, toute la population de la région ne parlant qu’Espagnol et ne possédant plus de traits culturels distinctifs.

Les Nagche (" Gens du bas ") se situent en bas de la Cordillère de Nahuelbuta, dans la zone de Traiguen, Lumako, Puren s’étendant même jusqu’à Cholchol... C’était le groupe le plus important et le reste encore aujourd’hui. Contrairement aux Picunche, ils offrirent une résistance aux aspirations colonisatrices des Incas et des Espagnols. A l’arrivée des Espagnols, ce groupe est décrit comme des sociétés éclatées géographiquement et politiquement. Leur mode de production est basé sur la chasse, l’agriculture et la cueillette Les terres sont généralement fertiles dans cette région, outre l’utilisation du trapi (Aji), du mais, de la pomme de terre... les Nagche produisaient des céréales aujourd’hui disparues (Madi, tuca...).

Les Huenteche (" gens des plaines ") comme leur nom l’indique occupent les plaines de la pré-Cordillère entre Malleco et Temuko. L’élevage y est facilité par les grandes étendues de pâturage arrosées une bonne partie de l’année. L’une des particularités historiques de ce groupe vient des relations fructueuses qu’eurent entre eux les caciques de la région notamment durant le XIXème siècle autour de deux figures emblématiques : Mariluan et Mangin.

Les Pehuenche (" gens du pehuen ") qui à l’origine vivaient du côté oriental de la Cordillère, sont passés du coté occidental au XVIIIème siècle pour habiter la vallée du Bio-Bio. Ils ont su garder une partie de leur singularité culturelle au sein du regroupement des Mapuche. Leur économie d’autosuffisance s’est basée en partie sur leur nomadisme ; ainsi l’agriculture y a été moins développée que dans les autres groupes (de plus les terres étaient peu exploitables du fait de l’enneigement et de l’érosion accrue). La cueillette de piñones (fruit des pehuen), et l’élevage d’alpaga et de lama pour leur laine ont été développés par ces populations andines. Les Pehuenche se sont sédentarisés mais continuent la collecte de piñon encore à la base de leur alimentation. Les moutons ont progressivement remplacé les lamas et alpagas. Du fait d’un certain isolement dû aux conditions d’accès difficiles, les communautés Pehuenche apparaissent comme celles qui ont le mieux réussi à résister et à se préserver du contact avec le monde winka. Elles en tirent une admiration de la part des autres communautés Mapuche, mais une incompréhension accrue de la part de la société chilienne. De ce fait les Pehuenche sont peut-être le groupe le plus menacé aujourd’hui par le racisme de la société chilienne.

Les Lafkenche (gens de la Mer) vivent sur la côte bordant l’Océan Pacifique entre Conception et Valdivia. Leur production orientée vers les produits marins (pêche, mais également ramassage de coquillage et d’algues (les Cochayuyo)) est associée à celle plus classique de la chasse, cueillette, agriculture.

Les Huilliche (gens du sud) vivent dans le Sud, dans les régions d’Osorno et Valdivia et également sur l’île de Chiloe. Situés entre les Nagche et les peuples du Sud (Alakufs), ils sont parfois considérés comme un métissage. Au final, ils furent " pacifiés " par les espagnoles avant les Nagche, et dans des conditions différentes.